0 Shares 1164 Views

Tornadaw ou la culture streetwear

Sneakers aux pieds, pantalon bcbg, t-shirt avec chainette bien porté et appareil dégainé : Tornadaw arrive dans votre feed Instagram pour donner un nouveau souffle à vos abonnements. Depuis que le streetwear s’est encré, certains ont lancé leur carrière professionnelle en la dédiant entièrement à cette culture. Parmi eux nous pouvons citer l’artiste Tornadaw.

Avant de débuter la lecture, qu’est-ce-que le streetwear ?

Le streetwear est un style vestimentaire apparu dans les années 70 aux Etats-Unis et en 2000 en France. Le mouvement mélange le confort des tenues sportives et les vêtements traditionnels de ville. Avec le temps, le streetwear n’est pas devenu qu’une mode mais aussi un mode de vie. En effet, on colle souvent à cette culture les riders, la photo, le rap, le sport ou encore le street art.

Qui est Tornadow ?

Eymeric, alias Tornadow, est un artiste photographe âgé de 19 ans, qui commence à se faire connaitre sur Instagram grâce à l’union de ses deux passions : le streetwear et la photographie. Que ce soient des artistes ou des artisans, Tornadaw met surtout la beauté de l’image en avant avec sa touche personnelle. Connu pour avoir collaboré avec Lord Esperanza, il a aussi un projet en cours avec un footballeur professionnel dont il veut taire le nom. Il y a quelque temps, il a rejoint Paver Street, un collectif de passionnés de sneakers.

Pourquoi le streetwear ?

Depuis que je suis petit, j’ai toujours été dans une ambiance street. Arrivé au lycée j’ai rencontré des skaters et j’ai skaté avec eux. J’ai découvert une nouvelle culture, de nouvelles marques et de nouveaux contacts. Ensuite j’ai rencontré de nouvelles personnes qui se sapaient avec des marques très peu connues mais qui étaient tout aussi intéressantes comme Gosha, Pièce Unique, Pleasure ou C2H4. La musique a aussi évolué et je me suis intéressé à Soundcloud et à tout ce qui pouvait être indépendant. Grâce à tout ça, j’ai remarqué que dans les outfits, certains se distinguent par leurs chaussures ou vestes et j’ai compris que c’était un univers à part entière, avec ses styles et ses codes. Depuis je suis à fond dedans.

Comment as-tu développé ton talent de photographe ?

J’ai toujours pris tout ce que je voyais en photo. Avec le temps, j’ai commencé à créer à partir de mes clichés. Un jour, j’ai reçu un Reflex, j’étais en classe de première, et j’ai pris en photos mes potes et leurs tricks.

La rue était devenue un terrain de jeu. Un de mes surveillants au lycée travaillait en tant que graphiste et il m’a fait découvrir le monde professionnel et ses contacts. C’est comme ça que j’ai eu un stage avec un photographe pro et j’ai appris avec lui. Aujourd’hui j’arrive à travailler avec mes propres créations et même à entretenir mon réseaux perso et pro. J’aime ça.

Qu’est-ce-que tu recherches avant tout et quelle est la finalité de ton projet ?

Ramener ma patte graphique sur tous les sujets possibles. Ça peut être des autoportraits, des pubs, des œuvres… Il faut mettre en lumière tout ce qui peut être exploitable dans une image. Je pars du principe que l’on a tous une vision différente des choses, pour le même objet, personne n’a la même vision. Je veux  montrer la mienne pour la mettre au profit des autres. En vrai, ça serait cool de me lancer dans la vidéo avec des colorimétries différentes et des techniques différentes pour rajouter une corde à mon arc et vivre pleinement de ma passion. Je pourrais rallier les deux et le résultat serait meilleur et plus poussé.

 

Pour en voir plus sur Tornadow, découvrez son Instagram.

Propos recueillis par Juliette Caubit

Articles liés

“Disparition”, le nouveau single de l’ovni Cutter
Agenda
146 vues

“Disparition”, le nouveau single de l’ovni Cutter

Le rappeur-chanteur Cutter crée depuis plusieurs années un 
univers où textes et productions baignent dans une poésie 
explicite. En constant clash contre lui-même, tranchant ou plein 
de sensibilité lorsqu’il observe l’erreur humaine, Cutter dépeint 
amours et emmerdes, de sa...

Poulain : “Je préfère faire passer un message de manière subtile”
Art
363 vues

Poulain : “Je préfère faire passer un message de manière subtile”

Rencontre avec Poulain, une artiste peintre issue d’une famille créative où chacun possède un univers artistique bien distinct. Immersion dans son monde poétiquement engagé, entre sujets sérieux et douceur. Pouvez-vous vous présenter en quelques mots ? Je suis Poulain, artiste...

CLAIRE COURDAVAULT – Le Mur Oberkampf n°327
Agenda
208 vues

CLAIRE COURDAVAULT – Le Mur Oberkampf n°327

Claire Courdavault interviendra sur Le Mur Oberkampf le samedi 15 mai à partir de 10h. Son œuvre recouvrira celle de Quentin DMR. Faiseuse d’images, défaiseuse d’écheveaux, gestatrice de chimères, Claire Courdavault a commencé par le format ténu d’une feuille...