0 Shares 230 Views

Véronique Arnault : “J’aime interroger le temps par la création”

Chloé Vallot 22 juillet 2020
230 Vues

© Véronique Arnault

Artiste peintre et plasticienne, Véronique Arnault observe inlassablement la nature et aime en extraire ce qui touche aux grands thèmes de la vie.  

Pouvez-vous nous présenter votre parcours ?

J’ai toujours été portée vers la création ; petite, j’ai été amenée à contempler des paysages extrêmement beaux, ayant vécu dans les Alpes. C’est de là que j’ai puisé mon désir de créer. J’ai ensuite fait mes études aux Beaux-Arts, ainsi qu’en faculté d’histoire de l’art. J’ai travaillé dans le domaine de la valorisation du patrimoine culturel, puis je suis revenue par la suite à une création plus soutenue. Je n’ai toutefois jamais totalement abandonné la pratique car je continuais à tenir des carnets de voyage.

Quelles sont vos inspirations ?

Je suis très inspirée par la nature et son mouvement : les saisons, le souffle… J’aime saisir la fragilité de l’instant. Je trouve intéressant de tenter de saisir le mouvement de la sève d’un arbre ou des herbes, car il y a comme une sorte d’évocation du temps. Un autre sujet récurrent pour moi est tout ce qui est en lien avec les paysages, les territoires et la cartographie : quand je termine un thème, je reviens toujours à ma cartographie imaginaire. J’appréhende la carte avec un mélange des plans ; j’ai été très marquée par les cartes présentes aux Musées du Vatican, qui mélangent visions de haut et de profil.

© Véronique Arnault

Vos livres d’artiste sont-ils un moyen pour vous de mêler poésie et peinture ?

Effectivement, je me rends compte que les mots sont très souvent en résonance avec ma démarche de création. Je travaille avec des poètes contemporains, mais aussi au contact de la littérature plus ancienne. Dans la démarche du livre d’artiste, il y a également le fait d’être en lien avec d’autres, de pouvoir partager une expérience qui ne sera pas forcément sur le même terrain. C’est très intéressant d’avoir plusieurs approches à partir d’un même sujet. C’est aussi dans cet esprit que j’aime concevoir des expositions et des événements avec des artistes aux pratiques différentes : photographes, sculpteurs, poètes, comédiens… Pour moi, le livre d’artiste permet d’aller plus loin que soi-même. J’ai récemment conçu deux livres d’artiste autour de deux poèmes des Contemplations de Victor Hugo. J’aime aussi beaucoup associer des citations qui me parlent dans mes carnets de voyage, ainsi que des haïkus que j’écris.

Vous vous exprimez à travers plusieurs techniques artistiques. Qu’est-ce que cela vous apporte ?

Je suis peintre et plasticienne : je travaille essentiellement la peinture, le monotype, le collage et depuis peu, la gravure. Il y a un lien très étroit entre les différentes pratiques, et l’une apporte à l’autre. Pour une exposition sur la forêt, j’avais par exemple fait des suspensions en tissu, tenues par des fils invisibles, sur lesquelles j’avais imprimé des monotypes. J’aime également travailler à partir d’éléments naturels que je collecte dans la forêt. C’est essentiellement la liberté que je recherche dans ma création et cette diversité des moyens y participe.

© Véronique Arnault

Vous avez tenu un carnet de confinement : comment avez-vous vécu cette période ?

J’ai commencé ce carnet le 16 mars, et l’ai fini le 11 mai. Ça a été très riche pour moi car ça m’a permis d’exprimer des réflexions et émotions que l’on vivait tous pendant cette période. C’était justement l’occasion de réfléchir sur la manière d’envisager et de transcrire la notion de temps. Ce carnet m’a aussi permis d’être en lien avec d’autres : je l’ai publié tout au long du confinement, et j’ai eu pas mal de retours, ce qui était précieux dans un moment où les échanges directs étaient absents. Ça a aussi été une source d’inspiration pour des formats plus grands, comme mes Plaidoyer pour la terre, directement issus de ce carnet.

Avez-vous des projets pour le futur proche ?

Depuis plusieurs années, je travaille autour des confessions de Saint Augustin sous la forme d’un carnet où j’ai repris des phrases de confessions qui me touchaient, et créé une image en écho avec ce texte qui est à la fois ancien et n’a pas pris une ride dans sa vérité profonde. J’aimerais que ce travail puisse être édité. Je vais également faire une exposition à l’automne en Vallée de Chevreuse, dans le cadre de mon collectif d’artistes. Enfin je crée à partir de septembre, des mini-stages sur l’année de Carnet de voyage en Vallée de Chevreuse un vendredi par mois, en plus des ateliers que j’encadre déjà. Dans les carnets de voyage, j’invite aussi à la création de haïkus et à inclure des réflexions personnelles ainsi que des citations, des poèmes…

Infos pratiques :
Ateliers et exposition Hélium, 16e parcours d’artistes
3-4 et 10-11 octobre 2020 de 14h à 19h le samedi, et 11h à 19h le dimanche.
Retrouvez Véronique Arnault à l’église de Boullay-les-Troux
Site : helium-artistes.com

Plus d’informations sur le site internet de Véronique Arnault.

Propos recueillis par Chloé Vallot

 

À découvrir sur Artistik Rezo :
Quelles expositions voir en juillet ?, de Apolline Madaschi

Articles liés

Malcolm Conan : intrusion dans l’esprit d’un artiste
Art
134 vues

Malcolm Conan : intrusion dans l’esprit d’un artiste

Rencontrons Malcolm Conan, un jeune artiste qui nous invite, par ses œuvres, à voyager à ses côtés. Soucieux et curieux du monde qui l’entoure, il exprime ses pensées à travers l’art. Peux-tu nous en dire plus sur toi et...

L’exposition Dominus Mundi de Zdenek Košek à la galerie Christian Berst – Art brut
Agenda
65 vues

L’exposition Dominus Mundi de Zdenek Košek à la galerie Christian Berst – Art brut

Du Palais de Tokyo à la Maison rouge, en passant par le DOX de Prague et les Rencontres d’Arles, les visiteurs ont pu découvrir les cryptogrammes poétiques de cette figure contemporaine majeure de l’art brut. Mais c’est la première...

Rendez-vous au Parc Floral pour le Festival Classique au Vert
Agenda
156 vues

Rendez-vous au Parc Floral pour le Festival Classique au Vert

Classique au Vert et les Festivals du Parc Floral ont dû plus que jamais se réinventer pour proposer une formule inédite adaptée à ce moment si particulier. L’essentiel est là, permettre à la musique de résonner et aux musiciens...